Grenoble capitale de l’innovation : lancement du dernier Synchrotron

Ce 25 août dernier, Grenoble, toujours au cœur des innovations en tout genres mais aussi et surtout technologiques, a lancé l’inauguration d’un Synchrotron de quatrième génération dont les capacités seront cent fois plus performantes et supérieures à l’ancien.

Il aura fallu 20 mois de travaux de construction, près de 1750 tonnes d’équipements et un investissement de 150 millions d’euros dont 22 pays ont participé, pour mettre au point cette pointe de la technologie capable de produire un faisceau d’électrons à l’image d’un scalpel.

Mais c’est quoi exactement un synchrotron ?

« C’est un faisceau d’électrons en forme de ruban de 2 micromètres de haut et 20 micromètres de large, trente fois plus fin qu’avant, qui circulera à une vitesse proche de celle de la lumière grâce à un nouveau système de 1 000 aimants que nous avons inventé », explique Pantaleo Raimondi, le concepteur, aujourd’hui directeur de la division accélérateur à l’ESRF.

Son but étant d’étudier les matériaux complexes, les médicaments, les systèmes biologiques, les molécules et toutes autres sortes de matières physiques et moléculaires. Ce faisceau lumineux, produisant des flux à rayons X, permettra une vision presque inégalable de l’analyse des atomes à la vitesse de celle la lumière, enfin presque ! Le synchrotron européen, l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) est aujourd’hui référencé comme étant le plus puissant du monde.  Il sera par ailleurs utilisé à l’étude de la crise sanitaire actuelle du Covid-19, mais aussi dans l’environnement, l’énergie, le patrimoine et enfin la paléontologie.

Pour plus d’information vous pouvez vous rendre sur le sitre de l’ESRF en cliquant sur : ce lien.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Ceci est un contenu sponsorisé.
Pour afficher votre propre contenu, contactez-nous ici : www.ledahu.net/dahu/contact/